« La Galerie », par Machine de cirque, dans le cadre du festival Montréal complètement cirque

6개월 전
in fr

Une galerie d’art moderne très sélect. Des œuvres dans le style du carré blanc sur fond blanc de Malevitch. Un cocktail de vernissage dans un pays lointain où on ne saisit ni la langue, ni la signification de ce que l’on voit, si toutefois on le voit. C’est le décor choisi par Machine de cirque pour son spectacle La Galerie présenté dans le cadre du festival Montréal complètement cirque.
emmanuel-burriel_dsc5975v2-png2000x1920-1558536164.png

La Galerie © Loup-William Théberge

Drôle, intelligent, spectaculaire, généreux. Machine de cirque démontre encore avec La Galerie son immense talent. Elle est vraiment une compagnie qui a tout pour plaire aux publics d’adultes et d’enfants qui aiment les arts circassiens et davantage.

En costumes de cocktail, complets sobres et nœuds papillons pour les hommes, élégante combinaison gris perle pour la seule femme invitée, les sept convives observent - perplexes mais polis - les rares œuvres accrochées et les quelques sculptures. Leur hôtesse, très bavarde lorsqu’elle s’exprime dans sa langue inconnue, revêtue d’un costume local et d’une coiffure démesurée, les accompagne en jouant un jazz excellent sur son saxophone, sa trompette ou ses percussions.

C’est dans ce contexte très original que les sept artistes acrobates, équilibristes, jongleurs et j’en passe, accomplissent des numéros à couper le souffle, avec prouesse, virtuosité, et en toute simplicité. Différentes scénettes sont présentées, toujours articulées autour d’œuvres montrées dans une galerie d’art moderne, avec un petit détour par une scène de genre autour du 17e siècle sur fond musical au clavecin.

Comme toujours avec Machine de cirque, les décors se font et se défont. Ils se déploient en autant d’occasion de numéros de cirque tout à la fois spectaculaires, drôles et inventifs. Non seulement les arts circassiens sont renouvelés, mais le contexte théâtral ajoute de la subtilité, parfois clownesque dans le bon sens du terme, à l’ensemble de la présentation.

Comme spectatrice, j’ai été comblée par les numéros qui s’inscrivaient parfaitement dans cet univers insolite d’une galerie d’art moderne. La dernière scène, met un peu de couleur à tout le blanc des œuvres, par une performance accomplie par deux des artistes : une sorte de happening au cours duquel ils créent une œuvre abstraite qui participe de la danse contemporaine et du body art, et à laquelle s’adonnent joyeusement pour la présenter aux spectateurs en guise de conclusion.

La Galerie est un merveilleux spectacle à ne pas manquer dans le cadre du festival Montréal complètement cirque.

La Galerie, du 4 au 14 juillet 2019 à La Tohu
Une production de Machine de Cirque
Directeur artistique et collaborateur à l’écriture : Vincent Dubé
Metteur en scène et auteur : Olivier Lépine
Interprètes : Adam Strom, Antoine Morin, Connor Houlihan, Gaël Della-Valle, Lyne Goulet, Pauline Bonanni, Vladimir Lissouba et William Poliquin-Simms
Musique : Marie-Hélène Blay
Conseillers artistiques : Lyne Goulet, Ugo Dario, Frédéric Lebrasseur, Maxim Laurin et Raphaël Dubé
Scénographe : Julie Lévesque
Concepteur d’éclairages : Bruno Matte
Costumes: Emilie Potvin
Information : https://montrealcompletementcirque.com/fr/programmation/spectacles/la-galerie/

Cet article a aussi été publié sur info-culture.biz

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
STEEMKR.COM IS SPONSORED BY
ADVERTISEMENT