Deux portraits et une amitié fortuite, par @roused (traduit de l'anglais)

작년
in fr

This is an authorized translation in French of a post in English by @roused: Two Portraits & Serendipitous Friendship

La personne qui parle ici n'est pas moi, Vincent Celier (@vcelier), mais @roused, un américain vivant en Allemagne.


Leur amitié était étrangement fortuite. C'étaient des artistes, des auteurs, des chercheurs de vérité qui suivaient un chemin similaire et ils ont vécu ici pendant un bon bout de temps, de l'autre côté de la rue, dans West 10th Street, à Greenwich Village.

De 1908 à 1910, le poète/peintre/auteur libano-américain Khalil Gibran avait étudié la peinture à l'Académie Julian à Paris. En 1912, il avait 29 ans et avait déménagé de Boston à New York pour s’établir dans la communauté artistique. Onze années supplémentaires s'écouleront avant la publication de son livre "Le Prophète".

En 1912, une connaissance syrienne a convaincu l'artiste Juliet Thompson de visiter la galerie de Khalil Gibran. Elle avait alors 39 ans et était déjà une portraitiste reconnue qui avait peint la Première Dame à la Maison Blanche. Elle aimait l'art de Gibran, en particulier ses dessins, et remarquait que son art "faisait pleurer son cœur". Son commentaire l'a touché, particulièrement en raison de sa stature par rapport à la sienne. Plus tard dans la vie, elle décrira son art de la manière suivante: «Ses dessins étaient plus beaux que ses peintures. Celles-ci étaient très brumeuses, des choses perdues, mystérieuses et perdues. Très poétique.»



Khalil Gibran

Juliet a raconté ses souvenirs de Khalil à l'auteur Marzieh Gail:

«Il n'était ni riche ni pauvre - entre les deux. Il travaillait pour un journal arabe; libre de peindre et d'écrire.»

«Il était amoureux d’une de mes amis - mais il m’aimait tout simplement, et je l’aimais aussi - mais ce n’était pas ce genre d’amour. Ce n’était tout simplement pas un amoureux. Il avait une voix haute et délicate et une manière presque timidement modeste, jusqu'à ce qu'il explose comme le tonnerre. Il portait des vêtements de travail américains. Il avait beaucoup de cheveux noirs et ondulés.»



Juliet Thompson

Juliette, en revanche, était grégaire, charismatique et pouvait être étonnamment directe dans son honnêteté.

«Je ne sais pas comment le décrire, sauf pour dire qu'il était l'image crépitante de Charlie Chaplin. Je le lui disais. Cela le rendait terriblement furieux. Grands yeux bruns tragiques. L'œil était très important dans son visage. Son front était large - très haut - très large et il avait presque un choc de cheveux noirs. Court, mince, cinq pieds deux ou trois. La bouche très sensible était légèrement affaissée aux coins. Un homme très triste qui avait une raison pour cela. Petite moustache noire, comme Charlie Chaplin.»

Bien que son honnêteté puisse être chaotique, ses opinions honnêtes ont été clairement appréciées par Khalil et d'autres.

«Kahlil a toujours dit que j'étais sa première amie à New York. Nous sommes devenus de très très grands amis et tous ses livres - Le fou, Le Précurseur, Le Fils de l'homme, Le Prophète - je les ai eu en manuscrit. Il m'a toujours donné ses livres. Il a écrit ses livres dans le studio de l'autre côté de la rue. Ensuite, il m'appelait et me disait de venir et de écouter lire un chapitre.»

Un Heureux Hasard

En 1911, un an avant sa rencontre avec Juliette, Khalil avait fait le portrait du poète W.B. Yeats, qui sera le premier portrait de ce qu’il appellera plus tard la série «Temple of Art», qui comprendra entre autres: Claude Debussy, Auguste Rodin, Sarah Bernhardt, Charles Russell, Carl G. Jung et (grâce à Juliette) 'Abdul-Bahá.

Non seulement Juliet et Khalil étaient des portraitistes et des écrivains, mis ils étaient aussi attirés par la culture, le mysticisme et la spiritualité arabes et perses. De plus, ils croyaient tous deux en l'unité fondamentale des religions. Juliet était bahá'íe depuis plus de dix ans et faisait partie d'un groupe de croyants américains qui se sont rendus en pèlerinage en 1909 en Terre Sainte où elle a rencontré 'Abdul-Bahá.

Au fur et à mesure que leur amitié grandissait, elle partageait avec empressement ce qu'elle avait appris et vécu avec Khalil et il écoutait attentivement. Il a ensuite mis la main sur certains écrits sacrés baha'is en arabe original. Le fondateur de la foi baha'ie, Baha'u'llah, était le fils d'un noble persan. Bien que le persan fût sa langue principale, il a également écrit certaines de ses révélations en arabe. Juliet a décrit la réaction de Khalil:

«Il s'est procuré une partie des œuvres en arabe de Baha'u'llah. Il m'a dit que c'était la littérature la plus extraordinaire jamais écrite et qu'il avait même inventé des mots. Qu'il n'y avait pas d'arabe qui ait surpassé l'arabe de Baha'u'llah.»

Cette affirmation est d'autant plus remarquable que la poésie arabe de Gibran avait été jugée «peut-être la plus belle de l'arabe moderne» et «une magnifique œuvre d'art» dans la presse arabe. Voir Kahlil Gibran: L'homme et le poète, de Suheil Badi Bushrui et Joe Jenkins, Oxford: Oneworld, 1998

Par un heureux hasard, Khalil apprit de Juliette que le fils de Bahá'u'lláh, 'Abdul-Bahá, allait arriver bientôt à New York pour un voyage en Amérique du Nord afin de rendre visite aux communautés baha'ies naissantes et de proclamer la message à l'ouest. La demande de Juliette de peindre un portrait du Maître, comme les baha'is appelaient 'Abdul-Bahá, avait déjà été acceptée. Khalil lui a demandé si elle pouvait lui demander de poser également pour lui. C'est ainsi que ces deux nouveaux amis ont chacun réalisé des portraits de 'Abdul-Bahá. Juliet raconte:

«Le Maître lui a accordé une heure à 6h30 un matin… Il n'avait jamais rencontré le Maître auparavant, et cela a ete le début de son amitié. Il a simplement adoré le Maître. Il était avec lui chaque fois qu'il le pouvait. Il vienait ici dans cette maison (48 West 10th) pour voir le Maître. À Boston, il était souvent avec le Maître. Tout cela est un peu flou car il y a si longtemps ...»

Extrait du livre «Cet homme du Liban: une étude de Kahlil Gibran» de Barbara Young (New York: Knopf, 1945):

«Dans ses dernières années, il aimait parler des années à Paris et des débuts à New York, de son premier studio, qu'il appelait "ma petite cage", puis du plus grand, situé plus haut dans le bâtiment, une grande pièce où il se sentait plus en liberté, où il a dit: "Je peux déployer mes ailes." C'est dans cet atelier que le vénérable 'Abdu'l-Bahá fut dessiné en 1912. Le saint homme avait indiqué que sept heures du matin étaient l'heure à laquelle il consentirait à poser pour son portrait. Gibran a déclaré: 'Je suis resté éveillé toute la nuit, car je savais que je n'aurais jamais un œil ou une main avec qui travailler si je dormais.' »

Impressions

Avant de partager les portraits, voici un portrait écrit de 'Abdu'l-Bahá écrit par le professeur Edward Granville Browne de l'Université de Cambridge. Browne était un orientaliste et un historien parlant couramment l'arabe, le persan et le turc, et l'un des rares occidentaux à avoir rencontré le fondateur de la foi baha'ie. Cela s'est produit en 1890, deux ans avant sa mort en 1892. Pour empêcher la propagation de la foi baha'ie en Perse, il avait été emprisonné en 1853 puis exilé en Irak, en Turquie, et finalement dans la ville-prison d'Akka qui est aujourd'hui en Israël. Au moment de la visite du professeur Browne, il avait été libéré de prison et placé en résidence surveillée. Ainsi, le portrait écrit de Baha'u'llah par le professeur Browne revêt une importance historique considérable.

Au cours de ce même voyage, il a également rencontré le Maître et nous a donné ce portrait de 'Abdu'l-Bahá, alors âgé de 46 ans:

«J'ai rarement vu quelqu'un dont l'apparence m'a impressionné davantage. Un homme grand et costaud, se tenant droit comme une flèche, coiffé d'un turban et de vêtements blancs, de longues mèches noires atteignant presque l'épaule, un front large et puissant indiquant un intellect fort associé à une volonté inébranlable, des yeux perçants comme ceux d'un faucon et des traits très marquants mais agréables - telle a été ma première impression d'Abbas Effendi, «le Maître», comme on l'appelle par excellence…. Un discours plus éloquent, plus prêt à argumenter, plus à même d’illustrer, plus familier avec les livres sacrés des Juifs, des Chrétiens, des Mahométans, pourrait, je pense, être difficile à trouver, même parmi la race éloquente et subtile à laquelle il appartient. Ces qualités, combinées à une attitude à la fois majestueuse et géniale, m'ont fait cesser de m'interroger sur l'influence et l'estime dont il jouissait même au-delà du cercle des disciples de son père. À propos de la grandeur de cet homme et de son pouvoir, aucune personne qui l'avait rencontré ne pouvait nourrir le moindre doute.»

Portrait de Khalil Gibran



Portrait de 'Abdu'l-Bahá, à 68 ans, par Khalil Gibran

La façon dont Khalil Gibran a capté ses yeux dans ce rapide croquis est particulièrement remarquable. Bien que cela soit rare chez les Perses, Abdu'l-Bahá et sa sœur avaient des yeux bleus perçants.

Voici une photo en noir et blanc et ma version colorisée:




Le professeur Suheil Bushrui, dans son livre Kahlil Gibran: L'homme et le poète, Oxford Press, fournit un récit encore plus approfondi qui cite des lettres entre Gibran et Mary Elizabeth Haskel (fiancée de Gibran, amie proche et protectrice.)

C’est donc avec une grande anticipation que Gibran a attendu le résultat des demandes de Juliet pour organiser une séance de pose. Il écrivit à Mary: "Je dois dessiner Abdu'l-Bahá. Son portrait est aussi nécessaire à ma série que celui de Rodin." Marie le rassura: "Il sera attiré par toi - il comprendra ta série et toi, et ce sera son plaisir comme le tien."

Gibran a rencontré et parlé à 'Abdu'l-Bahá à trois reprises avant la séance, jouant même le rôle d'interprète auprès des nombreux visiteurs qui ont afflué pour voir leur Maître. Gibran a dit de lui: "C'est un très grand homme. Il est complet. Il y a des mondes dans son âme. Et quel visage remarquable, quel beau visage, si réel et si doux."

Enfin, une séance a été organisée le vendredi 19 avril à 19 h 30, mais malgré l'heure "matinale", Gibran était persuadé qu'il était capable de "faire un superbe dessin de lui". L'artiste avait mal dormi la nuit précédente, sentant l'air chargé de l'horrible tragédie maritime du Titanic, navire de ligne White Star, qui avait sombré les 14 et 15 avril sur les Grands Bancs de Terre-Neuve, causant la perte de 1 513 vies. Il commença son travail à huit heures et, au bout d'une heure, les vingt-cinq personnes présentes dans la pièce se mirent à lui serrer la main en disant: "Vous avez vu l'âme du Maître." Abdu'l-Bahá a ensuite parlé à Gibran en arabe: "Ceux qui travaillent avec l'Esprit travaillent bien. Vous avez le pouvoir d'Allah en vous", et, citant Mohammed, a déclaré: "Les prophètes et les poètes voient à la lumière de Dieu", Gibran enregistrant que dans le sourire de 'Abdu'l-Bahá" il y avait le mystère de la Syrie, de l'Arabie et de la Perse."

Selon Juliette, les travaux ultérieurs de Khalil Gibran ont été influencés par 'Abdu'l-Bahá:

«Il m'a toujours donné ses livres. J'ai bien aimé «Le Prophète». Je ne crois pas qu'il y ait eu de lien entre 'Abdu'l-Bahá et «Le Prophète». Mais il m'a dit que lorsqu'il écrivait «Le Fils de l'homme», il pensait à 'Abdu'l-Bahá tout au long de son parcours. Il a dit qu'il allait écrire un autre livre avec 'Abdu'l-Bahá comme personnage principal et avec tous les contemporains de 'Abdu'l-Bahá. Il est mort avant de l'avoir écrit. Il m'a dit clairement que "Le Fils de l'homme" était influencé par 'Abdu'l-Bahá.»

«Pauvre Kahlil! La fin n'a pas ete si bonne. J'étais au loin. Quand je suis revenu il était très malade. Il m'a demandé si je ne pouvais venir le voir tous les jours le voir. Il était au lit. C'étaient ses derniers jours. Je veux vous donner tout ce que je peux pendant que je peux. Il racontait l'histoire de sa vie ... "

Portrait de Juliette Thompson



Voici un récit du livre «‘ Abdu’l-Bahá au milieu d’eux »», par Earl Redman, p. 138-139

«Le 1er juin, Juliet Thompson s'est rendue chez le Maître pour commencer à peindre son portrait. Quand elle est arrivée, il a demandé: «Pouvez-vous me peindre en une demi-heure?» «Une demi-heure, mon Seigneur?» J'ai balbutié, effrayé. «Je ne pourrai jamais finir une tête en moins de deux semaines.» «Eh bien, je vais vous donner trois demies heures. Vous ne devez pas me faire perdre mon temps, Juliet. "Il m'a dit de venir à lui samedi matin, le 1er juin à 19 h 30."

Je suis parti complètement paniquée. Il m'attendait dans l'entrée, un petit espace dans le sous-sol anglais où la lumière - pas beaucoup - vient du sud. En fait, je me suis retrouvé face à toutes sortes de handicaps. Je peins toujours debout, mais j’étais obligé de rester assis, si près de la fenêtre (à cause du manque de distance entre le Maître et moi), que je ne pouvais même pas me pencher en arrière. Pas de lumière. Pas de place. Et j'avais apporté une toile pour une tête grandeur nature.

Le Maître était assis dans un coin sombre, son ‘abá noir se fondant dans l’arrière-plan; je le voyais comme le visage de Dieu, et je me plaignais. Comment pourrais-je peindre le visage de Dieu? «Je veux», dit-il, «que tu peignes ma servitude envers Dieu.» «Oh mon Seigneur», criai-je, «seul le Saint-Esprit peut peindre ta servitude envers Dieu. Aucune main humaine ne pouvait le faire. Priez pour moi, ou je suis perdu. Je t'en supplie, inspirez-moi. ” “Je vais prier ”, répondit-il, “et comme vous le faites uniquement pour l'amour de Dieu, vous serez inspirés.”

Et puis, une chose incroyable s'est produite. Toute ma peur a disparue et c'était comme si quelqu'un d'autre a vu à travers mes yeux. Travaillé avec ma main. Tous les points, tous les plans dans ce visage incomparable étaient si clairs pour moi que ma main ne pouvait pas les poser assez vite, ne pouvait pas suivre la clarté de ma vision. J'ai peint en extase, libre comme jamais auparavant. À la fin de la demi-heure, la tête était parfaite.

Malheureusement, le portrait original de Juliet Thompson a été perdu. Nous n'avons que la photo noir et blanc ci-dessus. Pour moi, il semble qu'elle a rempli sa demande. Elle a capturé sa servitude et Khalil Gibran a révélé sa beauté intérieure.

Crédits

Photographies de Khalil Gibran et Juliet disponibles sur plusieurs sites, copyright inconnu, colorisées avec des effets par @roused
Photographie de base de la West 10th Street à l’origine sur Google Maps, recadrée avec des effets par @roused

Sources, en anglais:
Professor Bushrui sur Khalil Gibran
Juliet Thompson sur Khalil Gibran
Portraits écrits par le Professeur Browne
Introduction à la foi Bahá'i

Authors get paid when people like you upvote their post.
If you enjoyed what you read here, create your account today and start earning FREE STEEM!
STEEMKR.COM IS SPONSORED BY
ADVERTISEMENT